Non classé

Message à la jeunesse (de N’Djamena à Douala)

Poème de Fatou Yelly Faye (1957-), poétesse de la solidarité intergénérationnelle et du cousinage à plaisanterie – Responsable de délégation AFROpoésie/Afrique de l’Ouest – SÉNÉGAL

20200118_085013-COLLAGE

Dans les airs

Sur un flot de nuages gris bleu

Une mer étale

Tout en haut

Dans les cieux auréolés

Un oiseau géant plane

Défit le vent l’air

L’Aigle d’acier

Déploie ses ailes

Voltige en toute quiétude.

 

Assise sur un nuage

À l’horizon un oasis en neige

Entre N’djaména et Douala

Mon message

À la Jeunesse

 

J’ai vu le même regard plein de tendresse d’espoir d’attente

Sur des yeux remplis d’émotions

Des yeux avides de rencontrer l’autre

Affamés de curiosité

Assoiffés d’écouter parfois de recueillir la connaissance l’expérience le partage

J’ai vu la face juvénile du monde sur des yeux épris de savoir d’intérêt d’amour pour l’autre.

Des yeux cachés par un paravent opaque

Submergés de pesanteurs

Confus

Inquiets

Qui me regardaient

Des yeux qui ne cherchaient qu’à comprendre

Alors je leur ai dit

Allez vers l’essentiel

Soyez vis-à-vis de vous-même les voisins du monde

Les parents qui ont toujours bien vécu ensemble dans la bonne humeur

La fraternité la convivialité

La joie de vivre

Le respect des valeurs.

 

                                            Jeunesse !

J’écris

En filigrane sur ces pages laiteuses

Entre le ciel et la terre

Dans un reflet de nuage tirant du blanc lait au gris noir

Sur une couche de bleu arc-en-ciel

Mon message à la jeunesse d’Afrique

Enfants

L’avenir ne peut se faire sans vous

Prenez votre place dans le concert des nations

Pas en bravant la mer

Comme d’innocents  flibustiers rongés de désespérance

Pas en traversant le désert et finir sur un dédale

Pas en désespérant l’espérance

Partez sur de nouvelles bases, assis sur vos valeurs

 

La haine ne  nourrit pas elle tue

La jalousie n’engraisse pas elle vous mine

La méchanceté n’instruit pas elle détruit

La paresse ne façonne pas elle vous enlise dans la médiocrité

La fourberie ne réconforte pas elle marine dans ses mesquineries
Vous esquinte et empêche d’avancer

Le mensonge ne trompe pas il vous ronge de mauvaise conscience

L‘envie ne vous grandit pas elle vous empoisonne l’existence

Jeunesse

Cultivons le Bien

Retournons à nos valeurs celles d’une Afrique debout

                                       Dans la solidarité

La bravoure

Le courage

Le respect de soi et de l’autre

L’amour de soi et de l’autre

L’Afrique de la tolérance ou l’étranger est le voisin le parent

L’Afrique du partage

Où le frère  est l’ami

Car nous sommes nous car nous sommes un

Wenn say benn dank *

« Je suis

Parce que nous sommes,

Et puisque nous sommes,

Je suis »

Ubuntu **

Wenn say benn dank

Un même corps une forte poigne.

 

Pour bâtir le citoyen africain d’aujourd’hui

Amour dirai-je

Tout passera par l’amour de son prochain

 

À Douala entre le ciel et la terre

Là-haut, dans les nuages

Gris blanc gris bleu

Mon message à la jeunesse

Le pharaon du savoir

Cheikh Anta Diop vous disait

« Formez-vous armez-vous jusqu’aux dents et arrachez votre patrimoine culturel »

Jeunesse évitez les faux fuyants

Faites table rase de toutes les négativités

Armez-vous de ténacité

Dans l’unité l’humilité

La solidarité

Le partage

Assis sur nos valeurs ancestrales

De tolérance de respect de l’autre de l’intégrité corporelle et mentale

Armé de l’esprit de partage

Du vivre ensemble qui a forgé toutes nos sociétés ancestrales

L’avenir vous appartient

Il vous suffit de vous unir

Dans la cohésion des cœurs

Pour le saisir.

 

Entre la mer et le ciel

Mon message à la jeunesse

Entre le ciel et la terre

L’eau marine

Où un banc de poissons sur le sable fin dort à mes pieds trempés

Sommeil profond

Que rien ne dérange

Indifférent au monde alentour

Indifférent aux clapotis des vagues

Un petit banc de poissons dort

Le sommeil dans toute sa plénitude

L’univers à nos pieds

 

Entre le ciel la terre l’eau marine

Nous rappelle les combats à mener

Les challenges à venir

Les luttes à engager

Les destins à affranchir

Les défis à relever

Sur nos épaules tout ce tableau

Sur notre chemin toutes ces embûches

Mais tout passera par le Cœur

Taire les pensées mesquines

Taire les querelles

Les  jalousies

Se focaliser sur le seul combat

La lutte pour le devenir d’une Afrique conquérante

La lutte pour le devenir d’une Afrique courageuse

Non pas assise en génuflexion sur son tapis de richesse

Mais une Afrique reine assise sur son trésor le plus important

Sa jeunesse

Ses valeurs

Car la richesse se perd

La puissance se perd

La jeunesse se perd aussi

Éphémère dans l’éphémère

                                        Seul l’Honneur

La droiture l’amour de l’autre et de soi

L’estime de soi et des autres vous permettront de voir la vérité

Du vivre ensemble pour continuer à bâtir

L’Afrique de vos mains libérées.

 

* Wenn say benn dank: un même corps une forte poigne, en wolof

** Ubuntu: notion humaniste originaire du sud de l’Afrique 

Catégories :Non classé

2 réponses »

  1. Ma chère poètesse aguerrie, souvenez-vous de nos échanges LITTÉRAIRES à Ndjamena , vous êtes un trésor de slam ,la mère de slam tchadien, je vous dois respect et considération distinguée.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s