La plainte de la tortue

Nasser Ahmed alias Marcus (1996-) – Partenaire d’AFROpoésie – MAYOTTE (France)

rr

Monsieur le commissaire                                                                                                                 

Je suis là devant vous pour me plaindre                                                                                       

Je sais qu’avec vous je n’ai rien à craindre 

Des menaces des hommes                                                                                                 

 

Monsieur le commissaire

Les déchets jetés par ton espèce à la mer                                                                                       

Déplaisent à ma mère                                                                                                                         

Et là je suis très amère

 

Monsieur le commissaire

On voit des détritus sur le sable                                                                                                      

Avec mon bonheur incompatibles                                                                                     

Et cela ne pas très appréciable

 

Monsieur le commissaire    

Mon enfant a été tué par des braconniers                                                                                       

Ils étaient tous là alignés                                                                                                                   

Mais dans les parages, aucun allié 

J’étais là, seule, cachée derrière le badamier                                                                                                                                                                                                                                                

Monsieur le commissaire                                                                                                                     

La belle vue que j’avais sur le paysage marin                                                                               

disparaît peu à peu et c’est à cause des hommes

Je vois souvent des pneus, des canettes…                                                                                       

Un peu de tout sur mon chemin

 

Monsieur le commissaire                                                                                                                   

Je ne mange plus les bonnes algues que je mangeais avant

Que du plastique dans mon estomac                                                                                               

Je tombe souvent malade

 

Monsieur le commissaire                                                                                                                   

L’aire que tu respires, je la respire                                                                                                     

Je vis comme tu vis

Alors s’il te plaît, protège-nous   

 

Punis ceux qui assassinent mes frères et sœurs                                                                             

Punis ceux qui détruisent mon environnement                                             

Punis ceux qui détruisent mon monde

 

Monsieur le commissaire                                                                                                                 

Je demande simplement aux hommes du respect                                                                     

Pour notre environnement

 

 

Publicités

Ton chat

Jean-Yves Tanoh Ahossan alias Bibi, le poète de l’autre Monde (1994) – Partenaire d’AFROpoésie – COTE D’IVOIRE

FB_IMG_1519500903650

Mignon comme Zeus 
Et plus rapide que le vent, 
Cet expert chasseur a parcouru 
Toutes les villes de la Côte d’Ivoire 
 
Cyrille Orsot, 
Je l’admire bien ; 
Ton chat ; 
Le voleur de tout temps ! 
 
C’est lui Félin ! 
Ses moustaches délicates 
Ornent sa jolie face et sa magnifique queue 
Enveloppe son splendide corps 
 
Il est très attaché à son Maître 
Et aime qu’on le taquine beaucoup 
Même quand il dort, 
Le chat aime qu’on le taquine 

L’unique

Chant d’amour de l’Egypte ancienne

1024px-Dendera_relief

L’unique, la bien-aimée, la sans pareille,
La plus belle du monde,
regarde la, semblable à l’étoile brillante de l’an nouveau,
au seuil d’une belle année.

Celle dont les reins sont alanguis, et les hanches minces,
celle dont les jambes défendent la beauté,
celle dont la démarche est pleine de noblesse,

lorsqu’elle pose ses pieds sur la terre,
son baiser me prend le cœur

 

 

Chants d’amour de l’Egypte ancienne – aux éditions La Table Ronde

Janaina

Jorge de Lima (1893-1953) – BRÉSIL

fringefest_6

Janaina vit dans le fleuve

vit dans la mare,

vit dans la mer.

Elle décida de se promener:

sur les ondes elle passa de l’huile.

Les ondes se calmèrent.

Le cheval marin vint

et elle le monta

galopant insouciante,

réveillant les noyés,

disant adieu à la grande marée,

nommant les poissons

écoutant le langage des lambis.

Sur le ventre de Janaina

cent dauphins sautent.

Sur les seins de Janaina,

deux poissons bavent,

Si Janaina sourit

les ondes rient.

Si Janaina est triste, 

la mer écume,

rafle les gens sur la plage

pour que Janaina les noie.

– Janaina, puis-je me noyer

dans ta mer ? 

 

 

En illustration: Rayanne Hertkorn (1989-) – Partenaire d’AFROpoésie – NIGER/FRANCE

 

Antienne

Renaud Ayi Dossavi-Alipoeh (1993-) – Partenaire d’AFROpoésie – TOGO

20171022_115134

A nos mots égarés

Juchés sur les lèvres du destin

A la nuit boitillante

Diseuse de rêves et de bonne aventure

A l’eau rouge sang

Qui boue dans le volcan de nos désirs

A ces sourires, douceurs féroces et conquérantes

Qui prennent d’assaut nos cœurs et mettent le feu à nos sens

A ces mille et une petites choses

Eternels prétextes pour enfanter des vers

Et faire sourire le monde

 

 

Livre d’Ézéchiel 30:4-9 (Ancien Testament)

Envisat---Egypte---12-02-2011--08h10

(4) L’épée fondra sur l’Egypte, Et l’épouvante sera dans l’Ethiopie, Quand les morts tomberont en Egypte, Quand on enlèvera ses richesses, Et que ses fondements seront renversés. (5) L’Ethiopie, Puth, Lud, toute l’Arabie, Cub, Et les fils du pays allié, Tomberont avec eux par l’épée.
(6) Ainsi parle l’Eternel : Ils tomberont, les soutiens de l’Egypte, Et l’orgueil de sa force périra; De Migdol à Syène ils tomberont par l’épée, Dit le Seigneur, l’Eternel.
(7) Ils seront dévastés entre les pays dévastés, Et ses villes seront entre les villes désertes. (8) Et ils sauront que je suis l’Eternel, Quand je mettrai le feu dans l’Egypte, Et que tous ses soutiens seront brisés. (9) En ce jour-là, des messagers iront de ma part sur des navires Troubler l’Ethiopie dans sa sécurité; Et l’épouvante sera parmi eux au jour de l’Egypte, Car voici, ces choses arrivent !
.
.

Le seul souvenir de mon père

Nasser Ahmed alias Marcus (1996-) – Partenaire d’AFROpoésie – MAYOTTE (France)

papa

Peu de souvenirs de lui mais je me souviens 

Le jour où il m’a amené à la boutique

pour m’acheter à manger,                                                                                                               

Ce moment tourne en boucle dans ma mémoire

 

Son nom passe avant le mien quand 

Mes profs se mettent à chanter la liste de classe                                                                             

L’image de la boutique me revient toujours,

 

J’aurais tant aimé qu’il soit  là                                                                                                      

Pour gouverner avec maman                                                                                                             

Et cette image embrasse toujours mes pensées,

 

Chaque trimestre, mes camarades sont là                                                                                   

Avec leurs deux parents pour les bulletins scolaires                                                   

Je suis là, seul, avec ma mère pour mes résultats                                                                           

L’image de la boutique me revient,

 

Ce souvenir m’échappe quelques minutes                                                                                     

Quand je m’amuse avec mes vrais amis                                                                                  

Mais il me revient toujours quand je suis seul et                                                                         

Chaque soir, ces images caressent toujours mes pensées.

 

Je chante son nom pour enrichir mes souvenirs,                                                                         

Qu’il repose en paix.                                                                                                                       

J’implore Dieu pour qu’il continue d’enrichir                                                                               

L’unique image de mon père.