Le ciel a ravi…

Etienne Léro (1910-1939) – MARTINIQUE (France)

IMG-20180127-WA0008

Le Ciel a ravi l’éclat des lampes
Le Jour monte comme une passerelle
Les nuits et les jours de ton amour
Ce sont pièces de monnaie.

Où l’on ne voit plus la reine,
Histoire ancienne.

 

Etienne Lero (Parmi des textes réunis par Léopold Sédar Senghor dans son « Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache », collection Quadrige/PUF, 1948)

 

Publicités

Luire

Kodjo Agbemele (1987-) – Partenaire d’AFROpoésie – TOGO

Buying_candles

Ma bougie éclaire ton sourire
Qui construit des châteaux de bonheur
Ma bougie t’offre la corde
Pour traverser tes peurs
.
Ma bougie te soit la lueur
Qui réchauffe tes instants
Mire-toi dans la cire de ma bougie
Laisse-y les pas de ton ombre
Fine et légère et pure

Que faut-il faire?

Monsieur Attou (1968-) – Partenaire d’AFROpoésie – COMORES

800px-Tour_eiffel_juin_2017

Que faut-il faire

Face à un pays se vantant les vertus

De la démocratie

Plantant son étendard loin de ses sols enneigés

S’emparant d’un terrain ancestral

Appartenant à un peuple sans défense

Paisiblement installé sur une minuscule

Roche volcanique

 

Que faut-il faire

Quand la tour Eiffel

Avec ses tonnes de ferraille

Nous écrase

Sans se soucier des retombées

Psychologiques et historiques

 

Que faut-il faire

Sinon aller crier

A la place de l’Indépendance

Sensibiliser les corps diplomatiques

Etranger de la politique

Anti-environnementale qui

Dissocie la famille

Cœlacanthe

Identité

Renaud Ayi Dossavi-Alipoeh (1993-) – Partenaire d’AFROpoésie – TOGO

JM12

Photo © Justin Makangara

Je suis enfant de l’eau diseuse de bonne aventure

Je suis enfant des rires drapés de rouges à lèvres

Je suis enfant des lèvres fébriles pressées contre des seins et des visages et des calebasses rieuses et des baobabs ensorceleurs

 

Je suis enfant des silences faiseurs de mots et de complicité

Je suis enfant du sucre et de la rosée tisseuse de rêves

Je suis enfant de la terre rouge aux poches pleines de friandises

Je suis enfant des regards partagés, mouillés d’amour ou de chagrin, ou d’or noir ou d’espoir

Je suis souffle

Je suis sang

Je suis or

Lomé, Tokoin-Hôpital, 19.04.2014

Faites l’amour, faites la paix

Marcel Xavier Venn (1952-) – Partenaire d’AFROpoésie – SÉNÉGAL

Illustration de Elsa Leïla Mokrane (1993-) – Partenaire d’AFROpoésie – FRANCE/ALGERIE

A9C77F9B-E89E-474B-9AC9-C39D3172E743

J’aimerais tant pouvoir inventer un mot
Un mot magique pour guérir tous les maux
Je prendrai le risque de découper un rayon de soleil
Pour couvrir leurs corps transis pendant leur sommeil.

J’aimerais tant leur dire faites plutôt l’amour !

Vous éprouverez alors la joie de voir un nouveau jour
Je les libérerai des tranchées lugubres du désespoir
Afin qu’ils profitent eux aussi des délices des vents du soir.

J’aimerais tant avoir le don d’ubiquité

Pour guider leurs pas vers de pacifiques contrées
Je prétexterai de la pleine lune pour déclamer à haute voix
Devant leurs casernes, l’ode à la gloire des sans voix.

J’aimerais tant me vêtir de guenilles,

Porter en bandoulière la sébile des familles
Je me posterai au devant des chars et des épées
Pour quémander de leur part un peu d’amour et de paix.
J’aimerais tant me transformer en Robin des Bois,
Avoir des bouquets de fleurs dans mon carquois
Je les mettrai entre les mains des soldats à la place des fusils
Pour les inciter à faire œuvre utile et prendre goût à la poésie.

Marche à reculons

Abdillah Abdallah (1969-) – Partenaire d’AFROpoésie – COMORES

1000px-Flag_of_the_Comoros.svg

A une vitesse de croisière,

Le monde évolue sans attendre les bancals.

Comores, petites îles à la beauté inouïe,

Continuent à priser leur dope.

Les politiciens aux poches longues,

Les commerçants, vendeurs des misères,

Comme des vampires assoiffés de sang,

Construisent leurs châteaux sur les dos des plus vulnérables,

Oubliant la masse populaire, la force du pays.

L’écart se creuse entre le monde d’en bas et celui d’en haut,

Les pauvres aux bouches béantes et aux lèvres gercées,

Du matin au soir, pareils aux oiseaux, cherchent leurs pitances.

Les riches, aux joues suintées, aux yeux fermés,

Semblables à des pythons se goinfrent matin et soir sans souci.

 

A une vitesse de croisière,

Le relai continue sans interruption,

Pauvres Comores derrière, les yeux demi-fermés

Tendant la main pour quémander l’aumône.

Comment, avec un réservoir qui fuit,

On peut faire décoller l’Air Comores,

Pays des miséreux, au quatre gouvernements,

Pour suivre le peloton dans le monde ?

Tâche large et complexe qui exige une technicité,

Et  non de l’individualisme et du népotisme.

Avec la haine implantée dans les cœurs,

Comores ne peuvent quitter le starting-block.

Monsieur Attou devient partenaire d’AFROpoésie!

Exif_JPEG_420Mon nom de plume est Monsieur Attou, je suis né le 9 septembre 1968 dans la ville de Ouani aux Comores. Je suis l’actuel président du JOAL (jeunes ouaniens amoureux de littérature).

J’ai publié mon premier recueil de poèmes YLANG YLANG EN FUMEE en 2012 qui retrace la survie d’une population livrée à elle-même, bercée dans un monde chimérique sous les discours fallacieux d’une classe politique. DRAPEAU EN BERNE, une pièce de théâtre en 2014 qui pleure l’agonie de la dignité de mon pays, la perte des valeurs culturelles, l’effondrement de la terre ancestrale qui n’est autre que la terre de mes aïeux. Et enfin un autre recueil de poèmes, MSIROJOU, en 2017, une poésie fermement ancrée, qui empile les mots et les tessons de phrases comme on le ferait de briques de terre cuite pour construire une maison avec des fenêtres, l’une sur l’océan immuable et l’autre sur l’âme.  En dehors de ma fervente passion pour l’écriture et la lecture, je joue de la musique.

468d97_fd71b79b7f6f46e1b2e47887da48756a_mv2Drapeau-en-berneYlang-ylang-en-fumee

Ma valentine

Yoockhna Moon (1994-) – Partenaire d’AFROpoésie – COMORES

Valentinesdaytree

Ma valentin ma bien-aimée,

Valentine mon adorée,

Je t’aime ma beauté,

Je t’aime ma Valentine.

 

Mon nom Valentin, amour à toi,

Tu es ma moitié rassure-toi,

Valentine, ma petite Valentine sois à moi,

Valentine de mes rêves,

Valentine mon amour.

Valentin, te souhaite une joyeuse Saint-Valentin,

 

Que mon cœur atteingne le tien,

Joyeuse Saint-Valentin,

Tu es dans mon cœur, ma Valentine,

Tu es celle que j’aime ma Valentine,

Moi, Valentin, je t’aime ma Valentine.

Abdillah Abdallah devient partenaire d’AFROpoésie!

Photo AbdillahJe m’appelle Abdillah Abdallah, je suis né le 4 novembre 1969 à Diego Suarez, au Nord de Madagascar, de mère et de père comoriens.

J’ai fait mes études primaires et secondaires aux Comores, à Anjouan, dans la ville de Ouani. Ville qui a passionnément marqué ma vie. De retour à Diego après mon baccalauréat, j’ai fait des études de Lettres françaises et j’enseigne aujourd’hui le français au lycée de Ouani. Je suis également animateur du club de lecture et d’écriture JOAL (Jeunes Ouaniens Amoureux de la Littérature) dont j’assure la fonction du Secrétaire général. J’ai publié en mai 2013 une nouvelle intitulée La Vindicte Populaire et en 2015 un recueil de poèmes intitulé La Chanson dans les Coulisses.

J’écris par réaction : ma première œuvre, suite à une algarade dont j’étais témoin entre un ancien fundi (prédicateur) et un jeune barbu. J’ai écrit la nouvelle pour tirer la sonnette d’alarme. Et mon recueil de poème pour dénoncer surtout le non-sens de la politique de mon pays.