Poème sans titre

Bernadette Ginestet-Levine (1946-) – Partenaire d’AFROpoésie – ALGÉRIE

tunisie_monastir_ribat_04

Pour préserver leurs possessions
Les hommes parfois les avalent
Et les portent
Au plus profond de leurs entrailles
Comme on porte un enfant
J’ai avalé ainsi une terre
Avalé sa lumière d’un coup
Son crépuscule
Sa poussière caillée de sang

Je suis celle qui habite les mots
Et qu’un pays habite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s