A toi mère-esclave

Marcel Xavier Venn (1952-) – Partenaire d’AFROpoésie – SÉNÉGAL

1024px-Cotton_field

Non je ne peux oublier
Le craquèlement du plancher du dessus
Je devine le croisement des souliers
Danse macabre des maîtres repus.
 
Non je ne peux oublier
Ces chaines rouillées par le sel de l’océan
Qui à force se sont brisées et disloquées
Je sens encore ce corps meurtri, mutilé et pourtant…
 
Non je ne peux oublier
Ce lait blanc et puis rouge sorti de mon sein
Coulant sur mon corps souillé
Privant cette bouche innocente de sa tétée du matin.
 
Non je ne peux oublier
Ce cri de ma fille, de mon fils
Enfants nus par ce vent glacial de janvier
Des plantations de coton de Memphis.
 
Non je ne peux oublier
Ces chants-cris sortis de mes entrailles
Sous les coups de fouets meurtriers
Gospel noir de la mourante étendue sur la paille.
Publicités

Une réflexion sur “A toi mère-esclave

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s