La nature d’autrefois

Yohan Pezo (1994-) – Partenaire d’AFROpoésie – CONGO (Kinshasa)

800px-Assistant_de_recherche_sur_les_primates_2

L’homme se fige alors que la lumière s’amuse

A goûter les liqueurs des dieux et les muses

L’indifférence devient la meilleur excuse

face au corps qui à l’éternité se refuse

Dans la loi il y a une proie et un prédateur

Il y a l’infini des ondes et un créateur

L’heure !

Ainsi nous morcelons la réalité du temps

Du sel pour l’hiver et de l’eau le printemps

Leur…

Monde ne sera peut-être pas le nôtre

C’est la mienne, c’est la sienne , c’est la leur , c’est notre faute.

Lorsque le pénitencier ferme ses portes

L’espoir ne pourrait exister d’aucune sorte

la vie de la vie est perdue et morte

l’éternité des ténèbres l’escorte

Ce pénitencier où un gardien fou crie

« Mettons-les tous en cage et fermons la porte ,

Et eux et nous ici-bas, que personne ne sorte ! »

Ni amour, ni paix d’aucune sorte

La compassion essaie mais la peur est trop forte

Avarice, luxure et haute bourgeoisie

Le bonheur médiocre dans ses belles fantaisies

 

Cependant quelque part dans la nature

Là! Caché dans la verdure

Magnifique, resplendissant et mûre

Elle donne la vie, comme la mort le cyanure

Ils t’ont vu dans le passé et je prie qu’ils te voient dans le futur

Bénie de lumière parmi les créatures

Les étoiles se prosternent devant son allure

Cette lumière secrète dissimulée dans la nature.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s