Cri

Auguste Lacaussade (1815-1897) – LA RÉUNION (France)

Signature_Auguste_Lacaussade

Quelle vie !… Il est dur, né pour de nobles guerres,
De dépenser sa force en des luttes vulgaires !
Fier, d’avoir à défendre et partout et toujours
Contre de vils besoins de misérables jours !
Brave, étouffant sa voix, jeune, éteignant sa flamme,
D’immoler à son corps sa pensée et son âme !
Ou si l’on veut mourir, fidèle à son mandat,
De succomber sans vaincre, inutile soldat !…

 

Poèmes et Paysages, 1897

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s