Ballade

Édouard Glissant (1928-2011) – FRANCE (Martinique)


20180327_181533Tous les ruisseaux du sol
Penchent vers sa demeure.

Tous les chevaux des plaines
Montent vers sa fenêtre.

Tous les oiseaux des bois
Sont beaux de son bonheur.

Et les choses de peu
Lui gardent souvenir.

Le vase orange,

Comme à sa place de toujours sur la fenêtre

Et le buis dur.

Les filles s’enlaçant sur le pas des maisons,

L’orphelin qui sourit causant avec les filles

Et nos deux mains unies
Comme des mains de pierre.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s