Les enfants du chagrin

Théodore Gaëtan Badjo (1995) – Partenaire d’AFROpoésie – TOGO

IMG-20171111-WA0035

Quand le soleil reprend ses droits, nos parents se mettent à table.

Des parents plus âgés que ne le sont la plupart des grands-parents

Ces visages charnus, derrière leurs yeux malades et leur sourire blanc

Se dissimule la haine d’une contrée médiocre aux princes aveugles.

Leurs photos suspendues aux murs témoignent d’un printemps néanmoins gai.

Les mères, dans leurs airs de battantes sont dans une inquiétude perpétuelle.

Les frères ayant deviné l’affliction, ont allumé de tout bois le feu de l’aventure infernale

Ici, quoique douce et pure, l’atmosphère reste morose ; nous ne désirons aucune paix !

Nos aïeux ont fait des choses : ils ont réussi à faire vivre des morceaux de bois taillés

Ici, la foudre se manie comme un cheval sur les quatre coins de la volte,

L’homme devient un être capable dans un endroit pernicieux, d’une baguette offerte.

Nous vivons la vie que la nature nous prête, aucun arbre ne tombe quand nous voulons

Nos parents se retirent un jour et se dissipent dans le silence des souvenirs de nos rejetons ;

D’épouvantables reptiles pendant aux vieux murs en pierre, divinement écaillés.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s