Brise du sud

Abdelkader Ibn Muhieddine (1808-1883) – ALGÉRIE

1024px-Tassili_Desert_Algeria

Ô brise du sud, porte mon salut
et sois bienveillante,
Porte mon salut à mes chers enfants et répands sur eux
Ton parfum d’œillet.
Arrête-toi sous les tentes de mes nobles fils
Et dis-leur
Que je passe mes nuits dans la douleur et le délire.
Ô mes chers guerriers séparés de moi, mes paupières seront
Habituées à l’insomnie, et le doux sommeil m’a quitté.
Que de nuits blanches passées en soupirs!
Comme un malade
Dont les yeux souffrants le plongent dans
L’agitation et l’affliction.
Triste et sans repos, ô que ma
nuit est longue!
Quand donc nos retrouvailles y
mettront-elles fin ?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s