Non classé

Gbédôkpô

Poème de Rodrigue Hounsounou (1986-) – Partenaire d’AFROpoésie – BÉNIN

IMG_20190414_122809

Aïe ! Quand j’ai vu ce pagne en vente,

C’est comme une marée déferlante,

Un tsunami qui ravive les vieux démons.

Des interrogations cascadent sans nom

 

Dans ma boîte crânienne sombre d’abîme

Et la frénésie s’est emparée de mon esprit.

Vous me direz peut-être que j’ai l’esprit

Restreint. Et que je souffre du narcissisme.

 

Gbédôkpô ! Voilà ce que mon âme a crié

Quand j’entends qu’elle prend

Une couleur communale pour l’éternité.

Je crains que dans deux ans,

 

On ne fêtera plus Gbédôkpô Agamé-Koudo.

La fête de pâque est politisée aux échos

Jusque dans les ménages et dans les cuisines

Où les foyers ardents d’autrefois bourdonnent

 

Resterons désormais sans feu.

Quand Progressistes et Républicains dans ce jeu

Tirent chacun le drap de leur côté,

Ce sont les pauvres villageois non côtés

 

Comme nous qui nous retrouverons coi,

Sans couverture et sans joie.

Et la fête partira en vrille.

Tu verras encore et encore la roue vile

 

De Gbédôkpô tournée dans le sens

Du désordre orchestré: c’est la cadence.

Où descendrez-vous mes chers étudiants?

De vos bus qui attirent la curiosité, les chants

 

Et l’engagement du travail chez les élèves ;

Il ne restera plus rien de ce rêve

Quand l’honorabilité prendra le dessus

Sur l’asociabilité; nous serons tous déçus.

 

Malheur à qui déchire la joie

Des pauvres paysans, artisans

Et revendeurs regroupés ce court instant

Pour partager ce peu de joie.

 

Malheur à qui se sert de cet événement

De retrouvailles des frères et sœurs aimants

Pour préparer des joutes électorales aux airs

Monocolores. Derrière ce désir volontaire

 

De bien faire, se cache une raison liée

A l’intérêt personnel : la politique voilée.

Ne m’en voulez pas.

De la politique, je n’en fais pas.

 

Mais je vous fais part simplement

De ma part de vérité; amèrement.

Où irons nos mères, nos sœurs et nos femmes

Que l’euphorie de ces moments de diadèmes

 

Rend éblouissantes et joviales dans leurs

Pagnes ou dans leurs maillots pleins de splendeurs

S’essayant au football épique?

Où joueront nos groupes folkloriques

 

De Zangbétô, de Gota, de Massê…

Qui apportent une touche culturelle

Rehaussant l’événement de cet aspect

Délaissé de nos politiques et intellectuels?

 

Que feront nos pères et nos enfants adorés

Que ce jour enchante et sort

De leurs terriers jamais calculés

Des politiques qui se moquent de leurs sorts?

 

De vos démonstrations de billets,

On n’en veut pas !

Des villageois désœuvrés mais roublards,

Gbédôkpô devra habiller.

 

De vos étalages de véhicules fortunés,

On n’en veut pas !

Des étudiants crève-la-faim et clochards,

Gbédôkpô devra nourrir et loger.

 

De vos égo et de vos orgueils,

On n’en veut pas !

Des infrastructures décrépites et en sommeil,

Gbédôkpô devra reconstruire tels des remparts.

 

Revenons à la réalité !

Revenons aux fondamentaux !

Et réfléchissons un peu plutôt

Pour ne pas penser plus tard aux ratés.

 

 

Publicités

Catégories :Non classé

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s