Non classé

La beauté noire

Poème de Monchoachi (1946-) – MARTINIQUE (France)

9782916447483

Et là ils sont dans les nuages

               Errent les enfants

                    comme chiens fous au gré des vents

                         dans les tourbillons et les turbulences du vent

          Sans rame, sans voile, sans barre, sans mire

               Seuls amers les constellations d’étoiles

                    Seuls paysages

                         des nuages la teinture fugace.

Lors le criquet divinò poussa sa délirante stridente

     Nuages percés vers le bas

          tombées les eaux du ciel      en-bas

               et au dessus du trou

                    nimbés d’un vert guère comme les nuages

                         raides penchés ils virent :

 

                    Un la-chai’ délectable, ils virent

                    (Pas une chair, un la-chai, entendez-le, un sacré la-chai’, ouaille !)

                    Splendeur insoupçonnée en-bas là

                         Fèves et miel,

                         Piments et boissons enivrantes

                         Et des oiseaux oranges dans l’air vert

                         Et des oiseaux rouges, et des oiseaux diaprés

                              Et des poissons misant leurs belles lumières

                                   dans les cavernes de la mer

                              Et des poissons rares

                              Avec les belles arêtes qui font les belles parures

                         Et des fleurs, doux-Jésis !

                                             Des fleurs comme tellement les enfants

                                        Ne peuvent en voir sans laisser éclater leur joie

                                                  Sans lasser les cueillir

                                                  Les tresser et les offrir

                                             Des néfliers, des baumes camphrés

                                                       Des amarantes roses

                                             Des fuchsias-montagne aux pétales laineux

                                             Des bégonias, des grappes drues d’amanoa

 

Et ils crièrent et dansèrent de joie

     Et on les envoya demeurer sur terre

     On les chassa avec des bourrades

          Pour qu’ils ne reviennent pas mélanger les lignages

 

               Et l’un derrière l’autre à la file ils coulissent vers le sol

Et là ils foulent,

                         Ils pressent la terre en ses teintures

                         dégraisseurs d’étoffes en leurs teintures

Et les oppresse là-même

                    Là même tout aussitôt les oppresse la beauté noire.

 

Recueil Lémistè

 

 

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s