Non classé

Désir

Poème de Jean Albany (1917-1984)LA RÉUNION (France)

Musa6-terpsichore-vs.jpg

Il souffle un orage dans l’air
Au loin j’entends la pluie glacée
Je sens frémir ma chair
Je te vois dans mes bras, pâmée
Tes pauvres jolis yeux disent le bonheur
D’une chaude caresse
Et tes mains mendient la promesse
De mon corps et de mon cœur
Ton corps capricieux gémit sous le poids
D’un désir mystérieux, attardé
Passager comme l’étrange clarté
D’une terre brûlée par un grand feu de joie
Ma chimère vacille facilement
Et désespère jusqu’au firmament.

 

 

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s