Non classé

Pays aux parfums

Lettre de Yoockhna Moon (1994-) – Partenaire d’AFROpoésie – COMORES

1024px-Flag_of_the_Comoros.svg.png

Nous sommes au pays aux parfums. C’est un pays généralement calme, un calme de chimère.  Nous pouvons dire que la joie ne manque pas à une population qui se fait voler légalement par ses dirigeants. C’est leur droit. Eux, en tant que souverains de la nation et élus du peuple, ont tous les droits.

Les vols sont légalisés par le gouvernement et les voleurs sont acclamés de toute part. L’homme censé être puni au sein du gouvernement en exercice, fait du détournement de fonds publics un exercice.

La population peut mourir de faim, le président mange l’argent du peuple.

Le pays aux parfums est un « pays en émergence » mais c’est plutôt le gouvernement qui émerge tout seul sans les masses populaires. Un pays qui regorge de favoritisme constitutionnel.

Le travail qui est un devoir pour tout citoyen dans ce pays, alors les chercheurs d’emplois et diplômés sont les esclaves des plus forts ; les faibles sont piétinés comme des moins-que-rien.

Or tout le monde applaudit ce gouvernement qui dirige plus mal que bien. Plus en mal car aucune manifestation de contestation n’est permise sans le consentement du président. Cela semble normal dans cette nation.

Les municipalités se trouvent devant deux problèmes majeurs, que sont l’inflation économique et le chômage des jeunes. L’inflation se voit à travers la cherté des produits de base de vie comme le riz ou le sucre.

Des réformes naissent et meurent sans lendemain. Des projets qui n’ont ni début, ni fin. Des idées utopiques, des plans illusoires, tels des mirages du Sahara. Des illusions censées changer notre quotidien mais rien, tout disparait.

C’est le soleil chaud qui mange le cerveau de la jeunesse et de la population du pays aux parfums. Nous pouvons sentir l’odeur de la mendicité dans la population.

Le maire, élu du peuple, va demander grâce à l’élu du pays, le commandant en chef des armées et gardien du pays. On voit à son titre que tout le monde a peur de décevoir cet être suprême. Soumission directe. Ignorance des lois du pays, peur d’être emprisonné arbitrairement, dans un pays où la justice et les lois ne sont là que pour décorer une fausse démocratie en paix.

La jeunesse est martyrisée par le chômage, sans emploi.

Le manque d’emploi plombe les communes et le gouvernement profite de la cherté de la vie malgré les demandes des citoyens.

Pays de mendicité. Pays de pauvreté. Pays de chômage. Ce beau pays sera détruit par la rage et la frustration.

La corruption rentre dans le cœur d’une jeunesse sans avenir, dans un pays sans futur. Des jeunes sombrent dans l’alcool ou dans la délinquance, dans une société où l’anarchie règne partout.

L’absence de code de la route et le manque de courtoisie sont des exemples de l’état moral de notre société.  L’automobiliste ne laissera pas passer l’ambulance.

Nous sommes harcelés chez nous et volés dans les champs. Notre justice se fait une joie de libérer les condamnés et la police de ne pas mener les enquêtes ou les bâcler.

Lors des élections, nous voyons les candidats distribuer de l’argent aux jeunes pour avoir leur voix. Ils leur promettent de l’aide et sortent leur baguette magique devant ces naïfs.

La jeunesse est donc également corrompue, sans savoir où aller. La jeunesse est perdue dans un pays qui ne veut pas d’elle, un pays où se développent la corruption et la haine de l’autre. Le rejet, le communautarisme, viennent troubler les parfums d’un pays qui n’est que puanteur et cacophonie.

La division se fait à différents niveaux. Les retraités ne sont pas payés et sont obligés de reprendre du travail malgré leur vieillesse. Un conflit entre les générations existe. Les vieux refusent de se faire remplacer par les jeunes, qui sont rarement payés lorsqu’ils sont embauchés.

Malgré les grèves, les manifestations, les gens se trouvent obligés de retourner au travail sans que la situation ne change.

La jeunesse erre comme le vent et l’air face au manque d’emploi et de justice. Nul réveil de conscience dans ce pays qui rabaisse la jeunesse, qui empêche les femmes de sortir, d’avoir des loisirs, d’étudier…

L’avenir de la jeune fille est de rester au foyer pour les tâches domestiques et le devoir matrimonial.

La jeunesse est capable de faire une vraie révolution intellectuelle et aussi culturelle pour se faire entendre par l’ancienne génération qui a le devoir de changer. L’avenir se situe dans l’éducation des jeunes enfants qui ne sont pas encore corrompus.

Le changement est possible. Tout peut changer, à condition de faire preuve de courage et de rigueur. Nous devons changer notre pays avant de vouloir changer de pays. Nous devons arrêter de copier les défauts de tel ou tel pays en pensant que cela va nous rendre heureux. Bien sûr cela ne va pas se faire du jour et au lendemain et il faudra faire beaucoup d’efforts pour dynamiser notre pays.

Nous avons déjà dit que seule l’éducation peut changer le monde, et il est de notre devoir de  commencer par résoudre les problèmes du pays.

A l’heure actuelle il y a trop peu d’enseignants et beaucoup de personnes ont quitté l’école dès leur plus jeune âge, mais cela ne veut pas dire que nous devons baisser les bras.

Nous vous appelons à venir voir notre un pays de corruption qui tue sa jeunesse en ne respectant aucune valeur morale humaine, aucune valeur de liberté et d’égalité. Pourtant, nous pouvons aussi organiser des manifestations culturelles et sportives pour vous montrer la beauté de nos traditions.

Dans l’attente de votre visite, votre correspondant du pays aux parfums vous remercie.

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s