Non classé

Ailleurs

Poème de Mohammed Dib (1920-2003) – ALGÉRIE

1280px-Hietaniemi_lounaasta.jpg

Il ouvrit une porte.
C’était ailleurs avec :
Des chemins qui montaient,
Des tombes fleuries.

Restait encore à voir
Au plus haut d’un arbre
Le silence et la lumière
En croix.
Ce qui fut ?

Et à nouveau sera, dit-il.
Pas tristes mais blanches
Des ombres allaient aussi.
Elles, seulement blanches.

 

 

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s