Non classé

Les pailles-en-queue

Poème d’Auguste de Villèle (1858-1943) – LA RÉUNION (France)

1024px-Tropicbird_Seychelles

Dès qu’à l’or du soleil glissant au-dessus d’eux

                    Le profil des monts s’illumine,

On voit les blancs oiseaux s’envoler, deux par deux,

                    De chaque gorge de ravine ;

 

De celle de la Forge et de celle d’Yvon

                    Comme de celle de Saint-Gilles,

Ils volent sur Saint-Paul, traversant l’horizon

                    De quelques coups d’ailes agiles.

 

Avant de s’élancer vers le flot miroitant

                    En une neigeuse avalanche,

Leur vol, qui s’accroît, tourne au-dessus de l’Étang

                        Comme une grande écharpe blanche.

 

In Rayons de miel, 1926, [extrait].

 

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s