Non classé

L’épi du voyage

Poème de Mokhtar El Amraoui (1955-) – Partenaire d’AFROpoésie – TUNISIE

Illustration: Le voyageur d’Eduardo Úrculo, Oviedo (Espagne)

1280px-El_viaxeru_d'Urculo.JPG

Une fourmi peut te faire sortir du labyrinthe
Un duvet peut te montrer
le chemin secret des oiseaux
et leurs chants d’étoiles

Un grain de sable sait
de sa mémoire de miroir
te rappeler à l’immensité
du rire du désert

L’embrun vient toujours
aux noces des vagues
quand l’archet lunaire remue l’épi du voyage
quand le chien aboie de fleurs
d’avoir retrouvé la main chaude de son ami !

 

©Mokhtar El Amraoui
in Dans le tumulte du labyrinthe

 

 

Catégories :Non classé

1 réponse »

  1. Au point du jour où blanchit l’horizon Mon bateau, Vogue sur la mer des passions. Je m’en vais au pays de Cocagne Loin des maux; Je m’en vais chercher la guérison. Ma lyre chante la mélopée du terroir, Elle s’en va refléter ma mélancolie comme miroir. Je sanglote Ô mon beau village! Quand mon corps s’éloigne du rivage Chaque palpitation de mon cœur Change de visage, Ce n’est pas de l’amour, c’est de la rage Je m’en vais Ô ma terre bien aimée ! Je m’en vais te quitter avec toujours cet amour effréné

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s