Non classé

« Nedjma » d’après Tahar Djaout

Propos de Tahar Djaout (1954-1993) – ALGÉRIE

Couverture des Éditions Points – en.wikipedia.org

« Nedjma est en effet sans conteste le texte fondamental de la littérature algérienne de graphie française. Le début des années 1950 a vu la publication de livres aussi importants que La Terre et le sang de Mouloud Feraoun, La Colline oubliée et Le Sommeil du juste de Mouloud Mammeri, la trilogie Algérie de Mohamed Dib. Mais il a fallu attendre 1956 pour que Nedjma vienne, par la complexité de sa quête et la superbe échevelée de son écriture, fonder une vraie maturité littéraire. Pour la première fois dans la littérature maghrébine, l’expression de l’intérieur fracture la syntaxe qui la porte et fait éclater du même coup cet ‘indigénisme’ qui sous-tend jusqu’aux meilleures œuvres des années 1950. (…) Depuis, Nedjma demeure un texte sans doute inégalé dans la littérature maghrébine – il demeure, en tout cas, le texte le plus inépuisable. (…) Jusqu’au jour où l’auteur décide de changer de cap littéraire et de langue d’expression, s’attelant en Algérie à un immense travail théâtral en langue populaire dont Mohammed, prends ta valise et La Guerre de deux mille ans constituent les jalons les plus appréciables. »

Tahar Djaout, « Un film sur Kateb », dans Hommage à Kateb Yacine

Kalim no 7, Alger, Office des publications universitaires (OPU), 1987, p. 8.

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s