Non classé

Sur sa soif

Poème d’Auguste Lacaussade (1815-1897) – LA RÉUNION (France)

Jeune fille se défendant contre Éros, peinture de William-Adolphe Bouguereau. (Vers 1880)

Versez, femmes, versez encore,
Versez ! que je boive à long traits !
Phoibos m’embrase de ses traits ;
Versez ! sa flamme me dévore.
Donnez, femmes, donnez des fleurs,
A pleines mains des fleurs nouvelles !
Ma tempe ardente a brûlé celles
Qui l’embaumaient de leurs senteurs.
Mais toi, foyer vivant qu’allume
Éros et sa flamme, ô mon cœur !
Qui pourrait éteindre l’ardeur
Du feu secret qui te consume ?

Les Anacréontiques, Alphonse Lemerre, éditeur, 1896, Poésies d’Auguste Lacaussade, tome 1 (p. 94).

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s