Égypte

Poème de Francine Caron (1945-) – FRANCE

Grand Sphinx avant son déblaiement (Brooklyn Museum)

À Andrée Chédid

Dans la tranquillité des dieux
dans l’oubli du passage
crépite une fontaine

Sphinx des routes
c’est le silence intensifié

Le paysage a confondu ses ailes
– Trouver en soi la pyramide –

II

La grande tente
marie la flèche
et le rayon

Dans l’abstraction du monde courbe
tout se désigne

III

Millions d’années
et le sang pétrifié du scribe

– Dedans l’adoration des mains –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s