Tiens la bague ! 

Poème de Firmin Tape (1991-) – Partenaire d’AFROpoésie – BÉNIN

Abdel Ghourem Et Nour El Aïn (Esclave d’amour et lumière des yeux), par Etienne Dinet en 1900. Musée d’Orsay

À l’occasion du mariage des collègues LOUA Edgar et Vanessa NDJANTOU.

Dans un jardin de roses fleuries, retentit une voix d’homme : 


Un jour, j’ouvris les yeux, 

Je les levai vers les cieux, 

Et je dis à mon Dieu , 

Je veux celle qui m’aime mieux ! 


Qui est-elle ? 

Non, qui sera t-elle ? 

Elle sera ma chandelle, 

Et avec elle, je ne chancelle ! 


Je voudrais la trouver : 

engagée, déterminée et motivée, 

Qu’elle ait le goût du travail, 

Pour protéger nos entrailles ! 


De l’autre bout du jardin, résonne un refrain de dame : 


Et moi femme, 

Je reste ferme, 

Une nuit, au pied de mon lit, 

Je maudis le célibat qui me lie,


Genoux au sol, 

Je fermai mes yeux, 

Et je confie à Dieu, 

Un vœu précieux : 

«  Oh Dieu, accorde-moi un homme, 
Qu’il soit gentil, et responsable, ce bonhomme. » 

Et l’homme reprit à sa belle carrure, 


Entre les murs de mancheya, 

Je rencontrai la fille de Biya, 

Belle et tendre, tangible et agile, 

Oui, je rencontrai une âme, ma sœur ! 


Il me manque des mots,

Pour dire combien elle soulage mes maux, 

Dieu me fit grâce, 

Loin de nous la disgrâce, 


Face à cette fleure élégante, 

Je perdis mes sens, 

Mais je repris courage, 


Oh toi, fleur qui brille,

Oh toi, fleur qui vit, 

Oh toi , fleur pour qui je vis, 

Oh toi , fleur qui m’illumine,

Je te veux « Mine » ! 

Et à la femme à voix d’or, de dire :


À vrai dire, je l’ai vu, 

Je l’ai vu doux, serein, 

Jovial, aimable, respectable ! 

À vrai dire, je l’ai aimé,

Je l’ai voulu, 

Je l’ai choisi, 


Je questionnai mon père, 

Je suppliai ma mère, 

Pour que lui et moi devenions paires,

Avec lui, je me sens en paix, 


L’homme réclama : 


Jolie fille, tends-moi ta main, 

Que je te place la bague, 

Ensemble, on fera le chemin, 

Contre les marées et les vagues, 


Jolie fille, tends-moi ta danse, 

Malgré les tendances, 

Jolie fille, confie-moi ta danse,

Comme tes confidences, 


Et qu’il plaise à Dieu, 

Qu’il nous unisse, 

En tout temps et en tout lieu, 

Qu’il nous bénisse, 

Et qu’à jamais, 


L’amour reste abondant sur notre chemin, 


Jolie fille, tiens la bague !


2 commentaires

Répondre à afropoesie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s