Tu t’en vas…

Poème de Driss Korchi (1970-) – Partenaire d’AFROpoésie – MAROC

Femme nue assise dans un fauteuil – Pablo Picasso (1964) – Wikiart

Tu t’en vas insouciante

Comme une ombre.

Seul ton parfum est ton dénonciateur,

Seuls tes mensonges,

Seule ta versatilité

Et les couleurs dont tu te peins

À ton gré

Et au gré

Du temps qui se recèle

Derrière un buste de mirage…

Tu t’en vas sans remords,

Sans scrupules

Sans rien,

Tu t’en vas !

Ni les graffitis

Dont tu as égratigné

L’horizon

Ni les blessures qui saignent encore

Sur le buste d’eucalyptus

Ni les oiseaux frivoles

Qu’un simple cri

A effarouchés…

Ne t’ont dissuadée !

Tu t’en vas si légère

Que le vent coulis te soulève

Sur les pétales des marguerites

Et sur l’anis rouge.

Tu t’en vas sans souci.

Tu t’en vas comme une folle

Qui n’a pas su trouver répit…

Va ombre de mes printemps !

Va fausse brise !

Les fleurs préfèrent les limbes

Que de sortir fanées…

Va sans tourner les aiguilles de temps

Ni les lumières que tu semais

Dans mon coeur comme un paysan féru.

Tout est parti avec les dires,

Avec les délires

Et le temps fichu

Que tu craignais !

Ton ennemi,

Mon ennemi

Qui me crachait les grains de déception

Dans ton giron,

Dans ton sourire

Et dans l’extase qui a brûlé vif

Le mot qui m’asphyxiait…

Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s