« La méridienne » d’Antoine Bertin

Poème d’Antoine Bertin (1752-1790) – LA RÉUNION (France)

Nu qui rassemble des fleurs (1958), Pablo Picasso – Wikiart

Dieux ! que l’air est calme et pesant !

Dieux! qu’il fait chaud!
Sur quels rivages.

Sous quels favorables ombrages

Veux-tu reposer à présent ?

Le ciel se couvre de nuages,

Neptune agite son trident;

J’ai vu briller, à l’Occident,

L’éclair, précurseur des orages.

Viens, ce temps est fait pour l’amour.

Viens, ô ma tendre et douce amie !

Au fond de mon humble séjour,

Sur la natte fraîche et polie,

Du soir attendre le retour!

Fermons sur nous, à double tour,

La porte du verrou munie,

Et qu’une épaisse jalousie

Nous dérobe aux clartés du jour.

Eh quoi ! ta pudeur alarmée

M’oppose encore un vêtement !

As-tu peur, ô ma bien-aimée.

D’être trop près de ton amant ?

Lorsqu’il te presse, qu’il t’embrasse,

Peux-tu rougir de son bonheur?

Ôte ce lin qui m’embarrasse,

Ou des deux mains, sûr de ma grâce.

Je le déchire avec fureur.

De ton beau corps, que j’idolâtre,

Mes yeux parcourront tous les traits ;

De tes trésors les plus secrets

Mes baisers rougiront l’albâtre.

Couvre-toi de fleurs, si tu veux ;

Que ce soit ta seule imposture !

Laisse une fois à l’aventure

Flotter tes superbes cheveux ;

Et de cette conque azurée.

Cuite dans Sèvre, et décorée

Avec un soin industrieux,

Parmi cent parfums précieux,

Tirons ce nard délicieux

Dont l’odeur seule fait qu’on aime.

Qui prête un charme à
Venus même,

Et l’annonce au banquet des dieux.


Poème emprunté au site http://www.poemes.co

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s