« Vous, les pauvres » de Kateb Yacine

Poème de Kateb Yacine (1929-1989) – ALGÉRIE

Ouvriers sur le chemin du retour (1913-1915) – Edvard Munch – Wikiart

Dites-moi

Si la vie

N’est pas une !

Ah! Dire que

Vous êtes les indispensables!…

Ouvriers, gens modestes

Pourquoi les gros

Vous étouffent-ils en leur graisse

Malsaine de profiteurs?

Ouvriers,

Les premiers à la tâche,

Les premiers au combat,

Les premiers au sacrifice,

Et les premiers dans la détresse…

Ouvriers,

Mes frères au front songeur,

Je voudrais tant

Mettre un juste laurier,

A vos gloires posthumes

De sacrifiés.

– La grosse machine humaine

A beuglé sur leurs têtes,

Et vente à leurs oreilles

Le soupir gémissant des perclus!…

Au foyer ingrat

D’une infernale société,

Vous rentrez exténués,

Sans un réconfort

Pour vos cœurs de « bétail pensif»…

Et vos bras,

Vos bras sains et lourds de sueur,

Vos bras portent le calvaire

De vos existences de renoncement!

Poème emprunté au site https://tipaza.typepad.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s