Le pied marin (en plein ciel marocain)

Jérôme Aviron (1969-) – Partenaire d’AFROpoésie – FRANCE

800px-air-france-boeing-777-300er

Sur une mer de nuages,
Le jeune Stewart surfe comme
Beaucoup de garçons de son âge,
Fort d’un pied marin en somme.

L’avion entre dans les turbulences,
Peu inquiet de rencontrer le mauvais temps,
Heureux d’affronter les grains, autant
Que de voler dans un ciel clair, sans nuances.

Chacun observe de son hublot
La marée de blancs cumulus,
Qui escorte, joli tableau,
Les aéronefs hurluberlus.

L’espace aérien permet
De jouer à saute-moutons,
Toute l’année entre juin et mai,
Pour ne pas devenir vieux croutons.

Ainsi, au bout d’un certain
Laps de temps, l’esprit s’endort
Sûr de se réveiller au moment opportun,
Enfin frais comme un gardon aux reflets d’or.

Alors, le commandant de bord
Annonce avec promptitude,
Que l’oiseau de métal aux ailes déployées, se trouve aux abords
De sa destination finale, encore à haute altitude.

Soudain, chaque passager s’agite,
Pour mettre toute voile dehors,
Inconscient d’avoir dérangé ceux qui habitent
Tant bien que mal, à l’ombre de l’aéroport.

Pour les touristes, ce sera une autre affaire
De retrouver leur guide, ou bien
Des amis attentionnés, sans faire
Trop de bruit après ce court périple qui finit bien.

Tous droits réservés, sauf accord de l’auteur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s