Retour

Sylvie Kandé (1957-) – Partenaire d’AFROpoésie –  FRANCE

800px-school_children_traffic_signal

Ces trois enfants : quels poèmes ! Les plus beaux — on l’aura compris.

L’un est un balisier, l’autre, c’est l’orchidée.

Le troisième, ce petit brin d’homme là-bas, s’est levé ce matin, pleurant à chaudes larmes un grand-père qu’il n’a jamais connu : “ Il me manque tellement ! À quoi bon la vie s’il faut en mourir ?

J’ai beau lui dire qu’à cinq ans, ma petite pousse bleue, il y a beaucoup de belles choses à faire, de chansons à chanter, de coloriages à finir, surtout par une journée qui s’annonce radieuse ( et autres platitudes ), il reste inconsolable.

Je l’observe un moment et à de menus riens — une façon de croiser les bras, un rire de gorge, une insistance à nommer ses proches par leur relation à son interlocuteur ( ta fille, ton frère ), j’ai su que le père était revenu : Babatounde aurait-on appelé en yoruba cette âme-là.

 

 

La poésie pour quoi faire ?  sous la direction de J.M. Maulpoix. Presses Universitaires de Paris Ouest, 2011, p.105.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s