Exposition de MAB Elhad à Moroni du 3 au 17 avril 2018!

550px-Comoros_(orthographic_projection).svgL’Alliance française innove dans son programme de rencontres entre les auteurs et leurs publics, en mettant en place un nouvel approche consistant à permettre aux lecteurs, après avoir découvert l’œuvre, d’aller vers l’écrivain ou le poète pour mieux le découvrir au travers d’un « questionnaire à la Proust » qui mettra à découvert l’auteur au cours d’un temps de découverte et d’évasion.

Chaque mois, un homme de lettre ou un artiste sera mis à l’honneur à travers la lecture ou la découverte de ses œuvres. Leurs textes pourront prendre vie soit à travers des expositions de textes en surimpression artistique, que ce soit avec illustrations photographiques, calligraphique ou autres, ou alors au rythme d’interprétations musicales ou corporelles, mais aussi en répondant au questionnaire de Proust qui lui sera soumis mais aussi aux questions de son public.

L’Alliance française de Moroni commence avec le poète, photographe et calligraphe MAB Elhad dont l’œuvre figure en filigranes et mini lettres rouges sur les billets de banques comoriens notamment les billets de 1000 et de 2000 KMF.

MAB Elhad N&B_053

MAB Elhad – Délégué d’AFROpoésie pour l’Afrique australe et orientale

Son œuvre se résume en deux recueils dont Kaulu la mwando et Regard biaisé et ils figurent sur différentes anthologies publiées dans l’océan indien. Il est par ailleurs le Délégué de l’Union des poètes francophones Euro et Afro poésie,  pour les Comores. MAB Elhad a exposé ses œuvres artistiques dans l’Océan indien, la France et l’Afrique de l’Est.

Dans sa dernière parution « Regard biaisé » exposé sur les cimaises de l’Alliance Française, MAB Elhad nous invite au voyage et à la rêverie. Composé d’une dizaine de photos poétiques, et explore un style littéraire qui abat les frontières de la poésie traditionnelle comorienne en sortant son écriture des sentiers ordinaires au risque de heurter le tabou. Les situations qu’il décrit  portent sur le désir de l’amour, comme dans ses poèmes : « Le voyage », « Sursis de l’orgueil » et « Nuit sacrée » ou encore le « Navire ivre » et « Délire » ainsi que « Le Jument » ; qui ont leurs grains de charme. C’est un regard biaisé posé sur la mort dans « Destinée » comme dans « Méditation crépusculaire » et « Post Mortem » et l’emmène à s’interroger sur les mystères de l’ambivalence entre la vie et la mort. Ses texte sur les croyances et autre mythologie comorienne suscite en lui des questionnements propre à tout un chacun, comme dans son poème « Msomali » et tant d’autres poèmes qui nous invitent à l’errance spirituel et identitaire à la limite du sacré et de l’identitaire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une errance qui nous promènera aussi à travers la ville de Moroni jusqu’à  Iconi, deux villes sur lesquelles l’œuvre s’inspire du temps et de l’espace, et se laissera contempler sur les cimaises de l’Alliance Française du 02 au 17 avril où MAB Elhad se soumettra au fauteuil des Questions à la Proust suivi d’une séance de dédicace de son « Regard biaisé ».

8389_2083166681929993_5469306353275100763_n.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s