Janaina

Jorge de Lima (1893-1953) – BRÉSIL

fringefest_6

Janaina vit dans le fleuve

vit dans la mare,

vit dans la mer.

Elle décida de se promener:

sur les ondes elle passa de l’huile.

Les ondes se calmèrent.

Le cheval marin vint

et elle le monta

galopant insouciante,

réveillant les noyés,

disant adieu à la grande marée,

nommant les poissons

écoutant le langage des lambis.

Sur le ventre de Janaina

cent dauphins sautent.

Sur les seins de Janaina,

deux poissons bavent,

Si Janaina sourit

les ondes rient.

Si Janaina est triste, 

la mer écume,

rafle les gens sur la plage

pour que Janaina les noie.

– Janaina, puis-je me noyer

dans ta mer ? 

 

 

En illustration: Rayanne Hertkorn (1989-) – Partenaire d’AFROpoésie – NIGER/FRANCE

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s