A ma grande sœur

Fatou Yelly Faye (1957-) – Partenaire d’AFROpoésie – SÉNÉGAL

Sans titre.png

Mariama Ndoye

Lébou (1)

Ndoye Maali Marame Ndoye (2) 

 

Que ne ferais-je ?

     Ni ne dirais

        Sinon me souvenir

 A Sainte Agnès

            Nous étions un petit groupe

                        Qui t’expiait au parloir 

Quand tu venais prendre les leçons de piano

  Avec déférence nous t’admirions

On se disait tout bas

         C’est la fille du docteur Thianar Ndoye qui joue au piano

            Moi toute petite fraîchement débarquée de Bambey

               J’étais subjuguée par ta ville Rufisque

                 Qui piaillait au son des calèches des voitures

                   De l’école de la place Guabbar

                     Au piano de la sœur Charles Marie

                       Oui grande sœur nos chemins se sont croisés     

                         Une seconde fois

                                 A Keur Birago Bu Beés (3)

Lors de la cérémonie dédicace de ton livre « d’Abidjan à Tunis »

       Depuis lors

          Tu ne m’as jamais laissée seule

              Sur ce chemin de l’écriture

                   Où nos routes se sont croisées

                       Sur ce chemin de l’existence

                          Ou nos destins ont été scellés.

                     Toujours prête à donner

Toujours prête à conseiller échanger

Lébou Ndoye Maali Marame Ndoye

            Je t’ai lue je t’ai relue

               Ta plume féconde

                   Sinon fertile

                      Mais surtout d’une finesse exquise

                           Qui n’a d’égale que l’élégance mashaAllah

                              Me fascine chaque jour davantage

                                    Comme du « Bon pain » aux saveurs exotiques

Que tu distilles avec élégance

Ce pain Mariama

    Il a été pétri

         A la levure de la bonté

              Du courage

                  De la sensibilité

                     De fille d’abord

                         De femme ensuite

                              De mère et grand-mère enfin

Lébou Ndoye Maali Marame Ndoye

                                     Toi ma Grande sœur

                                       Le levain de ce bon pain tu l’as pétri

                                               Avec tes parents

Tes amis

                                                 Tes collègues

Ton univers

          Celui des lettres

               Celui des muses

                 Comme le bon pain

C’est Fatou Yelly Mame Famew Camara Alpha Amadou Sy

Que tu as préfacés 

À cœur ouvert tu nous l’offres chaque jour par tes faits et gestes

Avec discrétion classe et générosité

Puisse le ciel dans sa mansuétude

Te le rétribuer chaque jour

Et de là-haut où ils nous regardent

Yaay (4) Fatou Dieng Meissa

Baay (5) Thianar Ndoye

                                        Nous vous disons merci

Gacce ngaalama (6)

Taawsiggil na askanwi (7).

 

 

(1) lébou: ethnie du Sénégal surnommée « peuple de l’eau » car reconnue pour sa pratique de la pêche

(2) Ndoye Maali Marame Ndoye : noms patronymiques qui singularisent l’appartenance  à la famille Ndoye 
(3) Keur Birago Bu Beés: siège de l’association des écrivains du Sénégal surnommé « La nouvelle de Birago »
(4) Yaay: maman
(5) Baay:  papa  
(6) Gacce Ngaalama: exempt de toute honte
(7) Taaw siggil na askanwi: l’aînée a honoré sa patrie.
Langue wolof

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s