Guïjes

Poème de Nancy Morejón (1944-) – CUBA

Nystrom_God-Jul_14.jpg

Saliendo el sol de la mañana 

miramos al espejo silvestre

donde espigan la cueva provincial 

y el aroma silente de la hierbas.

Y daban la seis de la existencia 

real del día.

                       Lo decían

el agua de los saltos

y el campanario viejo junto al río,

entre el rumor de aquel desfiladero.

Corrieron en su encuentro los güijes, otra

vez,

y en la noche tan joven, zarparon

en un solo relámpago de luz…

 

– Version française –

 

Guïjes* 

 

Au lever du soleil matinal

nous vîmes dans le miroir silvestre

s’étendre la grotte provinciale 

et l’arôme silencieux des plantes.

Puis les cloches sonnaient les six coups de l’existence

réelle du jour.

                         Le clamaient

l’eau des cascades

et le vieux clocher près de la rivière,

dans la rumeur des gorges lointaines.

Les güijes coururent à sa rencontre, une fois

encore,

et dans la nuit si jeune, ils s’éclipsèrent 

en un seul éclair de lumière…

 

 

* Gnomes effrayants des rivières

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s