Non classé

Il quitta sa famille

Poème de Tahar Ben Jelloun (1944-) – MAROC

1024px-Namib_desert_dunes

Il quitta sa famille

laissa pousser la barbe

et remplit sa solitude de pierres et de brume

Il arriva au désert

la tête enroulée dans un linceul

le sang versé

en terre occupée

Il n’était

ni héros ni martyr

il était

citoyen de la blessure

 

 

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s