Morceaux choisis

Poème de Malek Haddad (1927-1978) – ALGÉRIE (Kabylie)

800px-Cascada_duruitoarea

Je me souviens des routes bleues

La mer était gentille

La montagne gardait un sourire bourru

Ta main tremblait comme une angoisse

Il faisait chaud sur les baisers

Les raisins rosissaient

Une cascade en chevelure avait mouillé mes yeux

.

Il reste sur la route un air de mandoline

Et quand le soir dort dans mes yeux

Je ne rêve jamais

Tellement

La cascade a le goût des aurores

.

.

In Le malheur en danger

 
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s