Non classé

Le lutteur de classe à la manière taoïste (extraits)

Poème d’Abdelkebir Khatibi (1938-2009) – MAROC

41YDL03l9FL._SX318_BO1,204,203,200_

l’histoire est un mot

l’idéologie un mot

l’inconscient un mot

les mots voltigent

dans la bouche des ignorants

or chaque signe se perpétue fraîcheur incontournable ne t’envoie pas dans ta propre parole ne t’évanouis pas dans celle des autres

mesure le sang de ta pensée

car à ta question

tu ne trouveras que des cibles vacillantes

l’agir dessine la parole

comme l’arc consume la flèche cristalline

*

orphelin

est le lutteur de classe

souverainement orphelin

qu’entend-on par « orphelin » ? toute hiérarchie suppose un père une mère et un tiers toute politique un maître un esclave et un tiers

l’être historique est une disgrâce

peux-tu défigurer l’ennemi de classe sans emprunter ses traces ? peux-tu te retourner contre tes propres mirages ? tout le monde chérit l’identité tout le monde cherche l’origine
et moi j’enseigne le savoir orphelin

erre donc sur les chemins sans te confondre avec l’herbe

le chant de l’oiseau

en vain suivra la mesure de tes pas

en vain sur tes lèvres

la blessure écarlate du soleil

j’enseigne la différence sans retour

et la violence exacte

tel est le sens du mot « orphelin »

qu’entend-on par « souverainement orphelin » ? le lutteur de classe n’exhibe point ses armes il affirme de l’intérieur et détruit avec rigueur quiconque peut faire ceci et
cela est mon camarade orphelin

la souveraineté brûle l’ennemi de classe comme chien de paille

*

la famille t’abîme

le couple t’absorbe

régressive est toute institution

pratique le coït combinatoire

tel est le secret de toute ivresse légère

l’avant et l’après s’harmonisent

le haut et le bas s’engendrent

le sexe et la fesse se touchent

c’est là que ton être désirant se déracine

j’ai entendu dire

la révolution est un coït universel mais à cette phrase prends garde prends garde !

mieux vaut coïter le coït

tel est le secret de toute ivresse

*

la vérité est un mot

pour construire une phrase

j’écris ces mots simples pour te surprendre qui possède le langage mesure la violence mais la violence suprême est indicible

fais de ton action une vérité chancelante fais de ta vérité une critique permanente

si tous les lutteurs de classe mesuraient leur force une étrange rosée descendrait sur les peuples

avancer d’un pas demande réflexion pratique chaque fois la technique de l’éclair frappe là où la chance de l’autre t’éblouit lance la flèche au cœur de sa
blessure et étrangle les questions qui t’enlacent

le/destin se détache comme une fleur de cristal

*

sois homme sois femme sois androgyne chaque terme enlace les deux autres le vide qui les unit provoque ta jouissance coïter bien c’est nouer ce lien volatil coïter bien c’est blanchir
ce vide c’est pourquoi je parle de coïter le coït

j’ai entendu dire

l’un des trois termes se suffit à lui-même

j’ai entendu dire et j’ai éclaté de rire

pourquoi cela ?

plus on noue un seul terme plus il s’épuise

plus on le valorise moins on se connaît

plus on l’approche moins on se maîtrise

la légèreté du coït réside dans la combinatoire

ce pain est chaud ce pain est rond

c’est pourquoi je mange joyeusement

qui possède le rire étourdit l’ennemi à chaque rire accomplis ta souveraineté

le lutteur ne tète pas le sein de sa mère ni la verge de son père il les avale

mange ceci mange cela

c’est là le secret de toute gustation

 

Pour vous procurer cette œuvre, cliquez ici

 

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s