Non classé

Le Combat algérien (extraits)

Poème de Jean Amrouche (1906-1962) – ALGÉRIE/FRANCE

Illustration: monument des martyrs de la guerre d’Algérie – Alger

1280px-Makamelchahid.JPG

On avait prononcé les plus hautes paroles de fraternité
on avait fait les plus saintes promesses.

Algériens, disait-on, à défaut d’une patrie naturelle
perdue
voici la patrie la plus belle
la France
chevelue de forêts profondes hérissée de cheminées
d’usine,
lourde de gloire de travaux et de villes
de sanctuaires […]

Mais on leur a pris la patrie de leurs pères
on ne les a pas reçus à la table de la France.
Longue fut l’épreuve du mensonge et de la promesse
non tenue
d’une espérance inassouvie
longue, amère
trempée dans les sueurs de l’attente déçue
dans l’enfer de la parole trahie […]

Alors vint une grande saison de l’histoire
portant dans ses flancs une cargaison d’enfants
indomptés
qui parlèrent un nouveau langage
et le tonnerre d’une fureur sacrée :
on ne nous trahira plus
on ne nous mentira plus
on ne nous fera pas prendre des vessies peintes
de bleu de blanc et de rouge
pour les lanternes de la liberté
nous voulons habiter notre nom
vivre ou mourir sur notre terre mère […]

Nous voulons la patrie de nos pères
la langue de nos pères […]

Nous ne voulons plus errer en exil
dans le présent sans mémoire et sans avenir

Ici et maintenant
nous voulons

libres à jamais sous le soleil dans le vent
la pluie ou la neige
notre patrie : l’Algérie.

 

1958

 

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s