Non classé

Destin brisé (I/II)

Poème de Rodrigue Hounsounou (1986-) – Partenaire d’AFROpoésie – BÉNIN

1024px-Earthterminator_iss002_full.jpg

(I)

Entre le pont et la maison des jeunes

Il y a cet homme pourtant encore jeune

Marchant, marchant sans amour

Toute la journée, tous les jours

 

Sans destination aucune

Sans boussole aucune

Errant le jour et la nuit

Errant sous le soleil et la pluie;

 

Une loque humaine.

Seuls quelques haillons de laines

Couvraient encore sa partie intime.

Un destin déchiré ! Un coupable victime !

 

Selon les dits des uns et des autres

Ce jeune homme comme des milliers d’autres

Avait à coups de hache et de sang

Arraché la tête d’un enfant innocent

 

Qu’il aurait croisé sur le chemin de l’école.

Devenir à tout prix riche et royal;

Jusqu’au prix fort : Le sacrifice humain.

Jeunesse insouciante, oisive et de festin !

 

Jeunesse avide de luxe et d’argent !

Trafique d’organes humains émouvant,

Cybercriminalité et fétiche kennessi

Constituent les premières voies choisies

 

Pour un bonheur hypothéqué et sans fierté.

Le voilà marchant sans arrêt; hanté

Entre le pont et la maison des jeunes

Pourchassé par le fantôme aux cornes

De cet enfant ABIKOU: blasphème.

La folie s’est emparée de son âme.

 

(II)

 

Entre le marché et la vallée,

Il y a cette femme pourtant très belle

Portant sur sa tête ou entre ses aisselles

Des colis soigneusement emballés.

 

Elle était l’incarnation la plus

Achevée de Dieu, de son mari échu.

Tendresse et passion féroce entremêlées

Faisaient le charme de son foyer.

 

Une femme tellement belle

Qu’elle attirait sur elle

Les regards les plus lubriques

Mais aussi des vœux magnifiques.

 

De sa démarche flexible et noble,

De son teint noir d’ébène ineffable,

De son sourire fascinant sans cesse;

Elle éblouissait de la luminescence

 

De ses dents un monde si superficiel

Au Sud comme au Nord du ciel.

Femme aux multiples qualités,

Femme dévouée au foyer

 

Femme-lionne, femme-énergie

Femme-générosité, femme mère poule.

Désormais, elle arpente les rues; seule

Victime de jalousie et de polygamie.

 

Son foyer volé, ses enfants dispersés.

L’homme prit en seconde noce Djagassi

Dont le cœur n’inspirait que l’antipathie.

Époux gbôtémisé, famille bercée et flouée

 

Dans ce conflit de charlatanisme fatal

Co-épouse rendue folle.

Elle était pourtant la première, la destinée

Destin radieux ! Destin violé ! Destin écrasé

 

Dans son innocence, elle est poursuivie

Et tourmentée par des forces invisibles.

La folie a pris possession de son esprit.

Déchirements et lamentations pénibles;

 

La polygamie ruine en silence

Les familles africaines et affecte

Une société déjà déconfite.

De de la beauté et de l’insouciance,

Elle passa à la laideur et à la folie.

 

 

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s