Non classé

Ailes

Poème de Mohammed Dib (1920-2003) – ALGÉRIE

Düsseldorf_Hofgarten_2009.jpg

Et si quelqu’un là-haut
S’était coupé les ailes ?

On ne respirait plus.

Une neige fiévreuse tombait.

Les arbres.
La rivière.
Les oiseaux.

Quelle folie.
Vite,

Dit l’enfant,
Vite partir.

 

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s