Non classé

Souvenirs d’enfance

Poème de Rodrigue Hounsounou (1986-) – Partenaire d’AFROpoésie – BÉNIN

USAID-funded_Southern_Sudan_Interactive_Radio_Instruction_project.jpg

Aussitôt qu’apparaissaient les premières lueurs du soleil
Et que tonnait le chant des oiseaux dans les broussailles
Enfants, nous partions à la chasse aux papillons,
Aux lézards et aux grillons.

Armés de bâtons, de filets et de lance-pierres ;
Notre groupe fut-il très peu; fiers,
Nous battions les herbes en formant de petits cercles.
Des chants accompagnés de sifflotements en boucle

Rythmaient souvent nos parties de safari.
Toujours énergétiques sans être jamais flapis,
Nous allions çà et là, remplissant
Nos boîtes de tomate, toujours en courant,

De ces petites bestioles frappées de veulerie.
Et lorsque nos réceptacles furent remplis,
Nous faisions un petit détour derrière
La maternité, seul lieu en pierres

Où les cris et les pleurs
Des nouveaux-nés étaient insensibles à nos cœurs
Car, il fallait très vite et discrètement
Ramasser les seringues fortement

Entassées dans les sacs poubelles.
Les grondements assourdissants des filles de salle
Mettaient très rapidement notre petite bande
D’enfants écervelés en débandade.

Il fallait nous voir courir
Dans tous les sens en éclats de rire.
Et une fois au CERCLE DES JEUX,
Nous organisions des jeux

Insolites auxquels prenaient part
Les tout-petits jusque-là mis à part.
A l’aide des seringues, on injectait
De l’eau aux lézards désormais par terre

Jusqu’au gonflement ; pour les regarder
Se débattre difficilement à ramper.
Ce qui nous amusait, nous égaillait.
Nos rires et nos cris de joie envahissaient

Tout le village. A l’aide de l’eau et du sable
Qu’on malaxait, nous fabriquions
Des téléviseurs dans lesquels nous introduisions
Les papillons et les grillons et qu’on couvrait admirables

Des tessons de bouteille qui servaient d’écrans.
Le vol et les cris des insectes fascinants
A l’intérieur, nous offraient des spectacles dignes
Des grands soirs de cinéma en campagne.

Avec des saute-moutons, des colin-maillards,
Nous finissions souvent en bagarre.
Plus tard, au clair de lune, le regard
Évasif, nous écoutions à peine les vieillards

Contés les mystères de la vie
A travers les histoires de l’Araignée et de Petit-Dan.
Ils nous ouvraient ainsi le cercle de la vie.
Attroupés autour du feu, nous étions moins bruyants.

Pendant la saison des pluies,
De jeunes pousses d’herbes fraîches
Couvraient les cours et les clôtures en branches
De nos agglomérations en buis

Où se creusaient de petites mares
Et où en bandes, nous suivions
Attentivement et avec passion
L’évolution extraordinaire des têtards

En des grenouilles qui coassaient.
Lorsque l’orage devenait trop fort et grondait,
Chacun rentrait en courant chez lui
Pour se recroqueviller dans les pagnes de sa mère à lui.

Dans nos cases déjà endormies,
Nous trouvions le sommeil sans bruit
Dans nos lits de claies comme des sourds.
Adieu merveilleux moments partis sans retour.

 

 

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s