Non classé

Danses d’hier

Poème d’Antoine Abel (1934-2004) – SEYCHELLES

800px-Mamady_Keita.jpg

J’entends encore les staccatos
Le prolongement des sons des tam-tams
Des tam-tams du temps jadis

Alors les collines s’enflamment
Dans la nuit sèche
Les pieds des danseurs
Se baignent dans la fine poussière
De latérite
Et leurs pas scandent sauvagement
Un rythme endiablé

J’entends encore les notes rapides
La voix étouffée du « commandeur »
Se modulant dans l’air tiède du soir.

Alors les échines s’arc-boutent
Les unes aux autres
Et les hanches roulent comme des houles
Les ventres des danseuses voluptueuses
Ondulent lascivement…
Et des voix confuses s’interpellent
Impudemment.

Je perçois toujours les staccatos
Les grondements des « grosses caisses »
Par delà les années de mon enfance …
Je les porte en moi
Comme des stigmates.

 

 

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s