Non classé

Le lion et l’oreille de l’éléphant

Poème de Firmin Tape (1991-) – Partenaire d’AFROpoésie – BÉNIN

Illustration: tableau de Jean-Léon Gérôme, exposé au Musée Georges-Garret de Vesoul.

800px-Nominor_Leo_-_Gerome_(detail).jpg

Large et vaste;

Dure et épaisse;

Brune et molle;

Lourde et tombante;

Sale et bourrée ;

Telle était l’oreille de l’éléphant,

Un mâle sans enfant.

 

Pénétré par le boulet du chasseur, 

Du Fabre* coulait un liquide rouge.

 

L’éléphant échappa à Boni,

un braconnier à la recherche d’ivoire

il secoua l’oreille baignée de sang

il l’épousseta et continua,

Il avait très mal, mal quand même, 

mais n’osait faire un arrêt,

car le lion n’était point loin,

Il était proche pour guetter ce qui aurait échappé au chasseur. 

 

Il se cachait pour ne pas, du lion, être la victime.

Hélas, l’oreille de l’éléphant transpercée ne tomba qu’au soir du jour maudit.

Le lion avait faim et soif, il devrait nourrir un loup estropié, vivant sans espoir près du bois mort,

L’éléphant résista, se cacha et enfouit son intime oreille dans de la cendre calme ;

Une cendre à braise, cendre à piège

Oh !!! Il voulait se frotter le bout de l’oreille qui lui faisait mal.

 

Il se brûla l’oreille. 

Le lion sentit l’odeur et se rapprocha aussitôt à nouveau.

L’éléphant se releva et dit à Monsieur lion: «  Je suis encore vivant. »

 

 

In Amour à la faune, 2019

* Le Fabre: l’oreille de l’éléphant dans le jargon des naturalistes

 

Catégories :Non classé

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s