Non classé

BAL

Poème de Birago Diop (1906-1989) – SÉNÉGAL

Coleman_Hawkins.jpg

Une volute bleue, une pensée exquise

Montent l’une sur l’autre en un accord secret

En l’état rose tendre qu’une globe tamise

Noie un parfum de femme dans un lourd regret.

 

Le lent lamento langoureux du saxophone

Égrène de troubles et indistincts accords

Et son cri rauque, saccadé ou monotone,

Réveille parfois un désir qu’on croyait mort.

 

Arrête Jazz, tu scandes des sanglots, des larmes

Que les cœurs jaloux veulent garder seuls pour eux.  

Arrête ton bruit de ferraille. Ton vacarme

Semble une immense plainte où naît un aveu.

 

In Leurres et lueurs, Présence africaine, 1978

 

Poésie africaine, Six poètes d’Afrique francophone (anthologie), Editions Points, 2010

Publicités

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s