Non classé

Brasier

Poème d’Édouard Glissant (1928-2011) – FRANCE (Martinique)

800px-ReflectionRainbow.jpg

Reine, ton grand château
Brûle à longueur d’année.

Il brûle à l’horizon
D’un soir à l’autre soir.

Il brûle sous le vent
Et sous la pluie déserte.

Ton corps y resplendit
Et tes yeux sont ouverts.

Reine, ton arc-en-ciel
Te voit vivre de flammes.

Il n’a que vieilles terres
Et leurs troupeaux transis.

Reine, ton arc-en-ciel
Vient fondre dans ton feu.

Un merle quelque part parle de ton visage,

Posé lune brûlante au fond du bruit

Que fait le dur travail des insectes vieillots.

Et la brique, oubliée dans l’herbe pour durer,

Se réchauffe à ta peau tremblant sur les prairies,

Sur les ombelles consumées

Par leur frêle tendresse dans l’effroi

De ta beauté de mer sereine sur le monde.

Mais c’est bon pour les rocs
D’être seuls et fermés
Sur leur travail de nuit.

Et peut-être qu’ils savent
Vaincre tout seuls leur fièvre
Et résister tout seuls.

 

Extrait du site http://www.poemes.co

 

Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s