Non classé

Blanchi

Poème de Léon-Gontran Damas (1912-1978) pour Christiane et Alioune Diop – GUYANE (française)

Illustration: esclaves sur le pont supérieur d’un navire (vers 1900) ; Source Conrad Alberti-Sittenfeld: Die Eroberung der Erde. (La conquête de la terre). Ullstein Verlag, Berlin, Vienne, 1909, p 225

Sklaventransport

Se peut-il donc qu’ils osent

me traiter de blanchi

alors que tout en moi

aspire à n’être que nègre

autant que mon Afrique

qu’ils ont cambriolée

Blanchi

Abominable injure

qu’ils me paieront fort cher

quand mon Afrique qu’ils ont cambriolée

voudra la paix la paix rien que

la paix

Blanchi

Ma haine grossit en marge

de leur scélératesse

en marge

des coups de fusil

en marge

des coups de roulis

des négriers

des cargaisons fétides de l’esclavage cruel

Blanchi

Ma haine grossit en marge

de la culture

en marge

des théories

en marge des bavardages

dont on a cru devoir me bourrer au berceau

alors que tout en moi aspire à n’être que nègre

autant que mon Afrique qu’ils ont cambriolée

 

In Pigments – Névralgies

Poème extrait du site http://www.assemblee-nationale.fr

 

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s