Non classé

Les cinq saisons

Poème d’Ismael Ayouba Kamaye (1991-) – Partenaire d’AFROpoésie – NIGER

Illustration: Edwin Long, Le marché babylonien du mariage, 1875.

Edwin_Long_001

I

Tout comme en automne

Où tombent les feuilles mortes des hêtres

Le temps change avec les êtres

Inquiétant d’être célibataire à la quarantaine

Élikia pense être mise en quarantaine

La vie n’a pas été avare à son égard

Elle lui a tout donné

Tout ce qu’un homme peut désirer

L’espoir comme atout

Belle femme charmante intelligente

Pilleuse maquillée d’une touche de savoir

Qui attend son temps

Le temps de Dieu qui n’est jamais loin

Au fond d’un cœur qui se rajeunit par l’espoir

Malgré les rides qui s’annoncent forts

L’espoir d’un amour, elle l’attend toujours,

II

Joseph frôle la quarantaine, célibataire

Fait de la science la quête du saint Graal

Père et mère, tous se posent des questions

Il se porte bien

L’amour n’aime pas la dualité

Sa quarantaine ne lui fait ni chaud ni froid

Mariant les bibliothèques

Le plaisir de caresser les feuilles

Ne peut pas remplacer

Le moment où on passe la bague

Au doigt d’une une femme

Pour une vie faite de douceur et de douleur

En attendant son temps voilà que vient l’hiver

Michael, se sent toujours frais

Père de deux enfants marié et divorcé

Homme qui prend la responsabilité

Et son temps à la légère, profite de la vie

Sa vie de jeune garçon n’est jamais enterrée

Elle surgit chaque jour d’outre-tombe

L’hiver c’est le temps des amours et des basculements

III

Quarante-trois printemps se sont écoulés

Chez Yasmine, combien de fois déjà

A-t-elle assisté aux mariages de ses sœurs ?

Le charme est éphémère

Un appât qui disparait avec le temps

La beauté est éternelle et se juge avec le temps

Yasmine est charmante belle et rayonnante

Comme une fleur de jasmin

Offrant son bonjour au ciel

Qui n’est pas prêt à répondre à son sourire ?

Si la beauté de son âme reflétait celle de son corps

Quel homme ne voudrait pas d’elle ?

Arrogante et insolente,

Jamais elle ne perd pas son temps

À évoquer ses diplômes au premier flirt

Celle qu’on appelait autrefois bombe

Veut vivre désormais en paix

S’inventant un monde des Bisounours

En attendant l’amour qu’elle a maintes fois rejeté

Perdue dans un féminisme aveugle

Elle milite aujourd’hui pour la cause animale

IV

Le temps est chaud c’est l’été

Dans la vie de Rocky, c’est l’austérité

Aucun plan de mariage

Pour ce quarantenaire en difficulté

Aux petits jobs aléatoires qu’il accumulait

Célibataire endurci,

Pourquoi se marier et augmenter ses soucis ?

Oh ! Quel pessimisme !

Ne pensez pas au pire en évoquant le meilleur

Quand il faut mettre la bague

Au doigt d’une femme

Tous les quatre sont des saisons qui passent

Et reviennent avec le temps

Il y a cette cinquième saison, qui figure

Dans le petit espace-temps né des transitions

Qui équilibre les saisons

Il y a un couple ; celui d’Ibrahim et Aida

Qui jouissent du bonheur qu’offre le couple

Le bonheur de la quarantaine

Malgré les secousses et imprévisions du temps

Être célibataire à la quarantaine c’est dur

Surtout quand il faut affronter le regard des autres.

 

2017

 

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s