Non classé

Vangile Gantsho

Poème de Fatou Yelly Faye (1957-), poétesse de la solidarité intergénérationnelle et du cousinage à plaisanterie – Responsable de délégation AFROpoésie/Afrique de l’Ouest – SÉNÉGAL

Illustration: les poétesses Vangile Dantsho et Fatou Yelly Faye

Vangile Gantsho

Un autre regard

Et je t’ai aperçu Vangile

Fille du Sud

Des savanes ancestrales

Et je te contemplais Vangile

Fille à la peau de lune

Au regard écarlate

A l’allure féline

         Prêtresse majestueuse

                  Sur ta crinière ébouriffée

Je peinais à mettre un autre visage

         Petite fille de l’eau

                  Tes ancêtres Lébou t’ont sans doute suivi

Dans cette vaste contrée sud-africaine

         Et je te retrouve fille mienne

                   Petite fille attentionnée

Enjolivée, enveloppée dans son innocence

         A Fès fille baobab

                Tu parlais aux arbres

Communiquant avec eux

        En de longs conciliabules imagés fermés

                  Hermétiques

Le grand oranger de la vieille Médine

        Majestueuse et fière

               T’a confié je ne sais quel secret

Vangile ma fille

        J’écris ces mots

                Afin d’exorciser mon cœur

Engourdi par la solitude de ton départ

         C’est fou ce qu’un être à peine connu

                   En quelques instants

Peut remplir une partie de ton monde

          Ma petite fille

                  Mon étincelle

Je prie

           Ce soir

                   Que ton cœur meurtri de fillette

Soit toujours rempli d’une lumière incandescente

           Et qu’il t’amène vers l’être cher

                  Fille de la savane

Ce blanc des cernes sur ton visage

            Me rappelle

Cette prêtresse vaudou

           Cette lionne simba

                    Emmitouflée dans tes rondeurs

Vangile ma fille

           Ce sourire me manquera

                Ce rire angélique

Sur ce visage d’une tendresse

Qui irradie de bonté me fascine

Chez toi

       Ma fille lionne simba

Vangile Gantsho

             Je viendrai sans doute un jour

                     Te rendre visite

Quand tu bâtiras ton empire

               Ma prêtresse aux pieds nus

                      Fille de la « lingeer » au pied léger.

 

Dédié à toutes les filles et fils qui ont su trouver

À travers chaque femme rencontrée la mère qui sommeille en elle.

 

 

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s