Non classé

La Cambodgienne

Poème de Jean Ricquebourg (1868-1914) – LA RÉUNION (France)

Illustration: thé vert avec des fleurs de jasmin, par Daqve Dahl

800px-Jasmine_tea2_close-up

Sous les cheveux taillés sa face au vernis brun
S’arrondit. Elle emprunte au jasmin son parfum.
L’épaule qui se courbe étale sa chair nue.

La jambe est découverte, et le sampott luisant
s’ajuste, harmonieux, à la taille, accusant,
Au pli qui le remonte au centre, qui le coupe,
La hanche débordante et l’excès de la croupe.

Ce corps plutôt replet, sereinement sculpté,
Atteste en se mouvant sa molle volupté.

 

In L’encens et le Riz, 1912

 

 

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s