Non classé

Mafate

Poème de Louis Ozoux (1869-1935) – LA RÉUNION (France)

Vue générale du cirque de Mafate depuis le sommet du Grand Bénare (2011)

Cirque d’Enfer, que les déluges, la tempête
Ont modelé, chaos de mornes décharnés
Et d’abîme sans fond dont les flancs calcinés
Suent le soufre et Satan du pied jusques au faîte !

Cirque de Purgatoire, où les humains, les bêtes,
A l’exil, à la peur, à la faim condamnés,
Languissent, expiant le bonheur d’être nés
Sur un sol, sous un ciel aux incessantes fêtes !

Cirque de Paradis, où mon âme et mes yeux
Retrouvent un Eden, où les monts glorieux
Érigent dans l’air bleu leurs cimes immortelles !

Ô cirque, qui confonds le laid et la splendeur,
Pour toi seul, s’uniront, battant comme des ailes,
Éperdument, mon sang, mon esprit et mon cœur !

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s