Non classé

Les barbes ont pris feu (Hommage au corps soignant)

Poème de Fatou Yelly Faye (1957-) – Responsable de délégation AFROpoésie/Afrique de l’Ouest – SÉNÉGAL

Aux vaillants guerriers

Qui se battent

Dans le secret de leur souffrance

Avec abnégation nuit et jour

Au service de l’humain.

Stoïques  fiers altiers

Ils mettent en couveuse leur  amertume

Désillusions déceptions

Leurs vies propres

Sans tambour ni trompette

Dans la discrétion

Ils se battent courage en bandoulière

Afin de sauver chaque jour la vie

Aider soulager soutenir accompagner

Parfois sortent de leur poche

Pour parer à toute rupture

À nos vaillants combattants

Qui à travers le monde

N’ont qu’une seule devise

Soigner soulager aider

En vous je retrouve ces vertus cardinales de nos civilisations ancestrales

Ce jom

Qui vous permet de continuer à soigner sans arrêt

Même si le cœur est à genoux

Cette kersa

Qui vous lie au serment d’Hippocrate

Oui quand tout  bouillonne  au fond de votre être

Tout hurle dans votre for intérieur vous gardez la pudeur

Qui fait sourire

Même dans les moments où le cœur pleure

Ne pas flancher ne rien laisser paraître

De ses inquiétudes

Désirs soupçons

De ses peurs

Cette Faayda

Qui vous permet d’avancer

Même sans arme

À visage découvert

Ce Fullë

Personnalité entière qui force le respect

Ce muñ

Patience endurance dans l’effort

Cet effort soutenu sans relâche qui vous sied

À tout instant devient chez vous une exigence

Une seconde nature

Le ngor

Est l’éthique qui vous lie au serment d’Hippocrate

À nos vaillants combattants

« Aux blanches armures » comme le disait

Le Pr Poète Lamine Sine DIOP

Dans le secret de vos cabinets

Dans l’intimité de vos foyers

Toujours sur le qui-vive

L’Afrique peut maintenant mesurer le degré de vos sacrifices

Le degré de vos souffrances

Le degré de votre abnégation.

Par cette plume

Le plaidoyer est lancé

Les jeux les sports ont montré leurs limites

Assister à un spectacle

N’importe lequel passe par une bonne santé

Waw !

Ba laa nga nee naam né fa

Oui

Avant d’assister à un évènement il faut d’abord pouvoir répondre  présent

Oui avoir le courage de le dire

Ce n’est ni le football ni la lutte qui développeront l’Afrique

car

Quand les masques tombent

Que seuls en première ligne

Au péril de vos vies vous luttez sans relâche

Exposant vos proches en toute impuissance

Afin de booster hors du monde

Cette pandémie

Vous équiper est non seulement un devoir

Mais surtout une exigence

Vous assister un impératif

Vous écouter une obligation

Àfrik !

Sikkim da fa lakkandoo

Te  bu sikkim lakkandoo ku ne sa bos ngay fay.

Afrique !

Les barbes ont simultanément pris feu

Et chacun s’occupe d’éteindre sa propre barbe

Il est temps que l’on vous donne le respect du à votre rang

Vous aidez à aider

Aidez à soigner

Vous aidez à faire face

Avec dignité

Face au monde

Blouses blanches au front

Que l’absence d’effectif

L’insuffisance des moyens ne rebutent pas

Il est l’heure

De resserrer les coudes

Solidarité compassion affection entraide

Estime de son prochain de son propre corps.

Il est plus que temps

D’être encore plus solidaire entre vous

Faire table rase des différences internes

Former la relève

Un seul combat

Àfrik !

Sikkim da fa lakkandoo

Te  bu sikkim lakkandoo ku ne sa bos ngay fay.

Afrique !

Les barbes ont simultanément pris feu

Et chacun s’occupe d’éteindre la sienne 

Face  à cette lutte

Il est plus que temps d’armer nos blouses blanches

De les élever sur un piédestal

Dans ce combat sans merci

Avec nos propres armes

Solidarité compassion affection entraide unité

Estime de son prochain de son propre corps.

Quand maintenant  le football se joue à huis clos

Que les arènes sont fermées

Que la lutte pleure ses géants à terre

Les stades infrastructures de dernières générations

Dans le silence de leur solitude

Recherchent désespérément le spectateur roi

Quand maintenant les conférences conseils ministériels  sont téléportés

La Cicad pleure à Diamniadio ses portes closes

Il est temps pour nous de changer de paradigme

De comprendre

Priorité pour priorité

La santé est la première des priorités

Oui changer de paradigme

Faire table rase du mimétisme exacerbé

Quand la pharmacopée nous redicte les lois de l’immunité

Que le miel le citron le gingembre regarnissent nos palais

La nature reprend ses droits

La médecine traditionnelle aura toujours droit de citer en union avec ce tout

Pour relever et chercher des solutions.

S’adosser à ses propres repères est notre seule chance de  survivre. 

Àfrik !

Sikkim da fa lakkandoo

Te  bu sikkim lakkandoo ku ne sa bos ngay fay.

Afrique !

Les barbes ont simultanément pris feu

Et chacun s’occupe d’éteindre la sienne

De la Chine à la France

 Des Etats-Unis à l’Angleterre

Les barbes ont quasiment simultanément pris feu de toutes parts

Chacun s’occupe d’éteindre son propre feu

Car

Un peuple en bonne santé est un peuple debout

Capable de relever la tête face au défi du monde

C’est ce cri de cœur qui tend la main à notre Afrique mère 

 Uni  pour le développement

Une nécessité

Pour bâtir ensemble notre cher continent

Avec tous les honneurs.

Tey sikkim a lakkandoo ku ne 

Sa bos nga hirté fay

Aujourd’hui les barbes ont pris feu

Et chacun s’évertue à éteindre la sienne

                                                                                     Dakar, le  15/06/2020 à 8h35

Je dédie ce poème

Aux

Médecins Tradipraticiens

Enseignants Chercheurs

Au corps médical et para médical.

Le jom : la dignité dans l’adversité

La kersa : le refus de la honte la pudeur

La faayda : la détermination considération

 Le Fullë : la fermeté

Le muñ : la dignité dans l’adversité

Le ngor : le respect de la parole donnée

Le Cicad : centre international de conférence Abdou Diouf à Diamniadio (Sénégal)

Catégories :Non classé

2 réponses »

Répondre à catherine VERNIZEAU-AKUE Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s