Non classé

Étudiant à Marrakech

Poème d’Essaid Manssouri (1991-) – Partenaire d’AFROpoésie – MAROC

Ô Marrakech,

Ô lèvres rouges, 

Tu es silencieuse et sur tes joues

Je marche, pas lents, regards d’amant,

Les lumières ont changé de toi, 

La caravane d’adieu là

Les touristes du bonheur 

Attendent ta rencontre,

Comme tu es belle la nuit !

Le bruit de l’amour sur les trottoirs

Les cris l’épicier et colporteurs

Les vendeurs ambulants 

Huit heures ! Couvre-feu !

Mettez le masque, 

Déplacement !

Liberté n’est plus,

La nuit Marrakchinoise.

Marrakech a changé,

La tristesse accable Djemaa El-Fna,

Et le vide est ma chanson

Ma tristesse aujourd’hui c’est toi

Marrakech est comme moi

Un vide qui nous habite

La tristesse du désir

Pour un amant disparu 

Depuis longtemps

Dix heures trente !

Là, un rire triste

Filles errantes,

Ici près de moi,

Vieil homme fatigué,

Sourires hésitants

Sur les fenêtres

Le monde de Marrakech a changé

Le musicien s’inquiète

C’est une autre fois

Marrakech rouge

Je suis venu te dire,

Je suis revenu vers toi,

Je suis cet étudiant 

Qui te demandait le savoir

Te souviens-tu ?

Je suis cet errant étourdi,

Sans abri, très idéal

Dans tes couloirs,

Je restais comme le sel

Dans le saloir.

J’étais accroupi, assoupi

Dans un parloir,

Cette pièce morne 

Carrée, serrée, 

Je suis cet étudiant 

Qui rompt le jeûne,

 Avec du thé et du pain

Et des lentilles

Je suis cet étudiant 

Qui a vécu de toi et en toi,

Je suis cet étudiant

Qui attend chaque mois

Pour effectuer la location

J’ai tout appris de toi

Faim et décadence

Subjugation et pauvreté

J’ai appris de toi 

À écrire ces lettres

J’ai appris de toi

L’été et sa chaleur

L’hiver et sa douleur

Le printemps et ses fleurs,

J’ai appris que je suis 

Comme une chauve-souris

Qui ne dormait pas la nuit

Je suis cet étudiant,

Cet étudiant qui pensait

À ses études

Ce soucieux qui révisait

Ses leçons, 

Je suis cet étudiant

Qui était resté debout

Tant de nuits,

Affamé et inquiet

J’ai vu ces sortes

De tourments

J’avais l’habitude 

De dire que j’irai mieux, 

Mais tout s’est mal passé

Je suis cet étudiant 

Du sud-est exclu,

Cette mère me disait 

D’être patient

Sois patient, sois patient !

Je suis cet étudiant

Te souviens-tu ?

Je suis cet étudiant

Qui avait mal au genou,

Le sort m’a fait mal,

Il m’a cassé le genou 

Pour que je retourne 

Dans mon village,

Je suis cet étudiant

Qui a des rêves réels

Dans mon état conflictuel,

Eh ! Aujourd’hui, 

Je suis revenu vers toi

Je t’emporte ce poème

Nostalgique, mélancolique,

Pour t’en dire autrement

Je suis un errant

Ce touriste étranger

Je suis du Sud-Est

Maître de chômage,

Tel est mon soleil 

Sous tes nuages.

Telle est ma pluie 

Sans orages,

Tel est le Poète

Des otages,

Je suis ce pigeon

Libre sans cage,

Poète des tambours

Sans mariages,

Tel est le voyageur 

Sans but, sans bagages,

Une vérité dite, pure,

Sans mensonges,

Cette bohème 

Qui chante les villages

Ce long poème

Qui décrit tes paysages,

Cette affreuse politique 

Qui invente les adages,

Ces partants, ces oiseaux

De tristes ramages,

Mes chansons solitaires

Mes prisonniers de la rage.

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s