Non classé

Tollé et errance

Poème de Mokhtar El Amraoui (1955-) – Partenaire d’AFROpoésie – TUNISIE

Auteur inconnu, Leipzig, Berlin (1892)

La girafe au court cou tout zébré

Était des deux troupeaux rejetée

De haut de bas impitoyablement moquée

Par les regards remplis de haine méprisée

Eau herbe et feuilles lui étaient refusées


Quand elle tentait de se rapprocher

De l’une des deux communautés fermées

Rudes coups de tête et ruades lui répondaient

L’accablant de lourde culpabilité

Aucune d’elles de honte ne tolérait

La malheureuse qui se mourait

De faim de chagrin et d’inanité


Seul un vieux singeâne exilé

Banni dans une caverne caché

Venait discrètement la consoler

Lui apportant à boire et à manger

La sauvant d’une mort assurée


Chères lectrices chers lecteurs éclairés

J’espère que vous tolérerez et protégerez

Les singeânes aux longs cous zébrés

Qui sur terre ne cessent de se multiplier


© In Nouveaux poèmes

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s