Non classé

Testament

Poème de Souleymane Kidé (1980-) – Partenaire d’AFROpoésie – MAURITANIE

Les gardiens célestes (Al-Qazwini, vers 1280).

Vous ne comprendrez peut-être 

Qu’après m’avoir entièrement inhumé

Et mon âme ne laissera apparaître 

Qu’un vers prémonitoire dans un livre parfumé. 


Vous ne comprendrez peut-être 

Qu’après avoir lu sur l’épitaphe 

Le nom d’un poète qui faisait paître 

L’ombre des vivants dans le cénotaphe. 


Vous ne comprendrez peut-être jamais 

Puisque, le poète vivait pour mourir,

Il mettait ici entre guillemets 

Et gagner dans l’au-delà sans coup férir. 


Bénichab, le 04/05/2021 à 11h30

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s